Vous êtes l'université : A la rencontre du Centre de Ressources en langues

Les métiers méconnus de l'université

Publié le 25 septembre 2018 Mis à jour le 9 octobre 2018

Ce mois-ci, Point COMMUN s'intéresse à l'international. Et comment parler de l'international à l'université sans parler du Centre de Ressources en Langues, le service qui gère l'apprentissage de toutes les langues étrangères et qui est à l'origine de nombreuses initiatives ludiques et pédagogiques autour de ce thème ? Impossible ! Nous sommes donc allés à la rencontre du CRL - LANSAD, une équipe dynamique et motivée ! Vous allez ici découvrir à la fois un service, des métiers mais également des dispositifs à destination de toute la communauté dont vous ignoriez peut-être l'existence... Bonne lecture !

Point COMMUN : Pouvez-vous vous présenter, nous présenter votre parcours ? Quel poste occupez-vous au CRL ?

Claire : Je m'appelle Claire MARY et je suis gestionnaire administrative et financière au CRL depuis un an. J'ai fait des études de psychologie puis d'anthropologie à Bordeaux. Après mon master je suis partie à Montréal où j'ai travaillé dans un Cégep (établissement post-secondaire) au service des inscriptions administratives. L'expérience m'a plu, de retour en France j'ai donc postulé dans diverses universités et je suis arrivée à Nanterre en octobre 2018.

M-A : Je m’appelle Marie-Amélie LABROSSE et je suis Responsable administrative et financière du CRL depuis 2014. Je suis arrivée à l’Université en 2013 ou j’étais en charge du projet ministériel des Cordées de la Réussite et de la lutte contre le décrochage. Lorsque je suis arrivée au CRL tout était à construire (déploiement de l’offre de langue, projets transversaux, relations inter-composantes…) et c’est cela qui m’a plu. Je viens d’une formation en droit international et après un passage au sein de l’ONU à Genève je voulais continuer à garder cet environnement de travail multiculturel et multilingue.

Murielle : Recrutée à l’Université Paris Nanterre en tant que MCF en anglais en 2006 après plusieurs années à l’Université de la Sorbonne Nouvelle et à l’Université de Cergy-Pontoise, je suis actuellement directrice du département CRL-LANSAD depuis le 11 septembre 2014.


PC : Qu'est-ce que le CRL et pouvez-vous nous présenter rapidement l'organisation ?


M-A : Le CRL est un département de l’UFR LCE et s’occupe essentiellement de deux choses au sein de notre établissement : l’offre de langue vivante pour les étudiants qui ne sont pas des linguistes. Par exemple un étudiant de droit viendra au CRL pour choisir sa langue vivante. On appelle cela les langues pour spécialistes d’autres disciplines. L’autre mission du CRL concerne le développement des activités extra-universitaires autour des langues et de l’ouverture culturelle. Nous avons le Café-Langues, l’équipe de débat en anglais, notre fameuse Debating team de Nanterre, des cours de Sport en langue vivante, le salon de la culture internationale sans oublier la gestion des certifications linguistiques pour les étudiants. Pour résumer, notre service est là pour promouvoir les langues vivantes afin que les étudiants puissent valoriser leurs compétences linguistiques tant dans leur parcours académique que professionnel. 
Murielle : Le CRL est le département de l’UFR LCE qui est chargé des formations en LANgues des étudiants Spécialistes d’Autres Disciplines que les langues (LANSAD) sur l’ensemble de l’Université. Pas une mince affaire !
Ces formations sont adossées aux niveaux du Cadre Européen Commun de Références pour Les Langues et s’appuient sur les recherches en didactique des langues.
Nous avons un enseignant coordinateur ou une enseignante coordinatrice par langue et pour l’anglais, un.e ou plusieurs coordinateurs/ trices par UFR.



PC : Combien de langues y sont étudiées et combien d'étudiants passent par le CRL chaque année ?

M-A : Le CRL gère chaque année 14 000 étudiants dont 5000 nouveaux étudiants qui passent le Test de Positionnement en Langue pour être placés dans le bon groupe de niveau de langue. 
Notre département propose 9 langues : l’anglais, l’espagnol, l’italien, l’allemand, le portugais, le chinois, le russe, l’arabe et le grec moderne.

PC : Le but du CRL est donc de développer les langues vivantes au sein de l'Université Paris Nanterre ! Quelles sont vos initiatives favorites au sein du CRL pour répondre à cet objectif ?

Claire :
Le Café-Langues qui permet une fois par mois aux étudiants de pratiquer les langues vivantes dans un cadre informel et convivial au contact de locuteurs natifs.

M-A : L’équipe de Debating team. Je me souviendrai toujours de ce 14 mars 2016 lorsque nos « petits étudiants » de Nanterre, sur leur 31, ont battu les étudiants de l’ENS en finale du tournoi de la French Debating Association dans la galerie des fêtes de l'Hôtel de Lassay. Une soirée inoubliable pour nos étudiants, qui ont fait vibrer l'assemblée par leur mise en scène à la fois espiègle et leurs arguments brillants. L’Université de Paris Nanterre c’est ça : des étudiants de toutes origines, des esprits vifs et motivés. De belles personnes.

Murielle : Les tournois de joutes oratoires en anglais (« debating ») dont nous attendons avec impatience la reprise cette année (l’équipe debating recrute [lien vers la réunion d’information], le café-langues une fois par mois à la Maison de l’Etudiant qui permet aux étudiants étrangers sur le campus de faire découvrir et pratiquer leur langue dans une ambiance très conviviale (nous y organisons des événements : séances gastronomiques (apportez une douceur, pour associer langues et saveurs), ateliers « langue des signes », chasse au trésor linguistique en partenariat avec l’AFEV, blind tests…). Nous sommes en train de mettre en place des séances d’initiation à une pratique sportive en langue vivante (yoga en anglais, aïkido en japonais, Tài ji quan en chinois). Nous essayons aussi de promouvoir les initiatives des enseignants, comme les ateliers théâtre bilingues français /allemand qui donnent lieu à une représentation chaque année par les étudiants d’échange et les étudiants du campus. Et celles des étudiants : salon des cultures internationales, etc.


PC : Qu'est-ce que vous préférez dans votre métier, qu'est-ce qui vous tient à cœur ?

Claire :
Nous sommes un service transversal et c’est passionnant de travailler avec tous les UFR, de connaître leurs différents fonctionnements et de collaborer avec leurs équipes. J’apprécie aussi beaucoup le contact quotidien avec les enseignants de langues vivantes, c’est un milieu très enrichissant.

M-A : Nous avons à cœur d’apporter aux étudiants le meilleur service possible et de les aider à évoluer. Nous sommes une petite équipe (seulement trois personnes) donc oui parfois tout n’est pas parfait mais quand nous nous engageons sur un projet nous le faisons avec envie et détermination.

Murielle : Créer des jeux qui sont des moments forts d’apprentissage et déclenchent une participation interactive joyeuse. Echanger et co-construire avec mes collègues, que ce soit pour mettre en place de nouveaux dispositifs ou communiquer à des colloques et écrire des articles, à plusieurs mains. Conseiller les étudiants et les voir repartir contents de leur choix de langue après avoir compris leur parcours, leur projet de vie, leurs inquiétudes. Trouver des solutions aux situations parfois compliquées ou emmêlées qui nous sont présentées !


La debating team fait partie des bonus aux diplômes disponibles !PC : Selon vous, que faudrait-il améliorer pour mieux promouvoir les langues étrangères à l'Université Paris Nanterre ?

Claire :
Je dirais offrir plus de places dans les niveaux grands débutants. L’arrivée à l’université est pour les étudiants l’occasion de découvrir une nouvelle langue et ils sont nombreux à vouloir se lancer en italien, portugais, arabe ou russe. Tellement nombreux que, victimes de leur succès, ces langues ne peuvent pas accueillir toutes les demandes !

M-A : Certainement une meilleure visibilité pour notre département. Le fait que nos locaux se trouvent à l’UFR – LCE fait que tous les étudiants ne viennent pas nous voir. Pourquoi ne pas rêver à un bâtiment CRL – LANSAD en plein centre du campus avec un centre multimédia pour travailler les langues en autonomie ?

Murielle :
Un choix étendu de langues dans tous les diplômes, pas seulement l’anglais. Des projets langues/disciplines menés avec les collègues des disciplines autres que les langues, qui donnent lieu à une soutenance en langue étrangère, comme c’est déjà le cas dans certaines formations, notamment en STAPS. Des responsables de formations qui demandent aux étudiant.e.s de passer le CLES (Certificat de Langue de l’Enseignement Supérieur, une certification qui teste 5 compétences en mettant les étudiants en situation, ce qui les amène à interagir en jeux de rôles) plutôt que le TOEIC (uniquement constitué de QCM). Des séances de café-langues hebdomadaires auxquelles se joindraient naturellement les étudiants et les personnels. Plus de place à la recherche en didactique des langues. On a le droit de rêver ? Un bâtiment des langues pour accueillir tous les étudiants qui ne sont pas spécialistes des langues, au lieu que les cours de langues soient éparpillés sur tout le campus puisque le bâtiment V est trop petit pour accueillir les formations LANSAD. Une campagne emploi qui tienne compte des besoins !


PC : Je souhaite apprendre/travailler une langue étrangère sans forcément que cela fasse partie de ma formation, que me conseillez-vous ?

M-A : Sans hésitez je dirais le bonus au diplôme en langue vivante. Ce dispositif, qui existe depuis 2015, doit permettre aux étudiants conscients de l’importance de maîtriser plusieurs langues de poursuivre l’étude d’une ou de deux langues alors même que ce choix n’est pas proposé dans leur diplôme. La procédure de candidature est dématérialisée et se fait via notre site internet (crl.parisnanterre.fr). Les étudiants qui sont retenus peuvent assister aux cours et composer aux examens de contrôle continu. Ils peuvent ainsi obtenir une attestation de niveau de langue que notre département leur délivre en fin d’année. 

Murielle : Le bonus au diplôme ! Mais attention aux dates d’inscription, très tôt dans l’année ! Nous aimerions offrir davantage mais nous avons fort à faire pour le moment pour faire face aux seules formations obligatoires dans les maquettes de diplômes…


PC : Quel est votre endroit préféré à l'Université Paris Nanterre ?

Claire :
Je suis encore en phase de découverte du campus, pour l’instant mon endroit préféré est l’espace vert central que je traverse tous les jours pour me rendre à la gare. Très agréable aux beaux jours de pouvoir s’assoir dans l’herbe.
M-A : Mon endroit préféré est un endroit un peu caché et pas toujours ouvert au passage. Il s’agit de l’allée qui travers l’espace vert du campus du Nord au Sud. Cette allée se situe entre le centre sportif et la piste d’athlétisme. De nombreux arbres fruitiers et floraux la composent. Au printemps c’est très bucolique et paisible.

Murielle : Le RU, où je me retrouve rarement seule pour déjeuner et retrouve des visages souriants que je ne croiserais pas autrement.


PC : Où puis-je suivre les actus du CRL ?

M-A : Nous essayons au maximum de dématérialiser les procédures et d’utiliser des canaux de communications variés pour faciliter les échanges. Les étudiants peuvent trouver un maximum d’informations sur notre site web (crl.parisnanterre.fr) ou en s’abonnant à notre page Facebook (Centre de Ressources en Langues). Nous postons très régulièrement les informations relatives à la scolarité ou les actualités du département. Nous avons aussi des pages Facebook spécifiques pour le Café-langue et la Debating team
Sinon il y a toujours le site de l’établissement qui reposte généralement nos évènements !


PC : Un petit message à faire passer à la communauté ? Une anecdote ?

M-A :
Nous sommes heureux de pouvoir travailler avec autant de personnes et structures différentes. Je souhaite donc remercier toutes ces personnes qui rendent notre travail enrichissant, intéressant et évolutif.

Claire : Comme Marie-Amélie je remercie nos collaborateurs et en particuliers l’équipe de Comète avec qui nous travaillons beaucoup pour dématérialiser nos procédures et nos supports pédagogiques.

Murielle : Une parole d’étudiant qui, en terminant l’interaction orale en binôme du CLES, s’est exclamé, éberlué : Mais, en fait, c’est la vraie vie !


Merci beaucoup au CRL d'avoir répondu à nos questions !


Mis à jour le 09 octobre 2018