Revue de presse de décembre 2018

Le mois de décembre a été mouvementé à l’université et les retours presses n’en ont été que plus nombreux, malgré la pause hivernale.

Publié le 3 janvier 2019 Mis à jour le 11 janvier 2019
L’Université Paris Nanterre, du fait de son engagement contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, a été citée par de nombreux médias comme Libération, France 24, France Bleu, France 3 ou encore le Parisien. Un combat mené par de nombreuses universités et par la CPU qui ne fait que commencer.

Même si le blocage de l’université a paralysé de nombreuses activités, de beaux événements ont pu avoir lieu : le colloque « La Ligue des droits de l'homme depuis la seconde guerre mondiale » organisé par La Contemporaine, le colloque international : "Poétique du Chat Noir" et Pop Moves « Mémoires, migration et mouvement », ainsi que les Journées de l’OPPE 2018, entre autres. Le Festival Marto ! quant à lui, est d’ores et déjà annoncé dans les médias.

Une belle nouvelle apportée par cette fin d’année : le campus de Nanterre est le premier campus français à obtenir la labellisation « éco-jardin » !

La CPU a élu son nouveau bureau et de fait, les présidents de commission. Jean-François Balaudé reste président de la commission des moyens et des personnels.

Les membres de notre communauté éclairent l’actualité.
Pierre Guerlain revient sur la radiation de Stacey Abrams, figure du progressisme universaliste en Géorgie. Jean-François Balaudé s’exprime sur « les DRH des universités en quête de souplesse ».
Sur The Conversation, Marie-Cécile Naves signe « Le sport ne peut se passer de l’évaluation », Guillaume Origoni au plus près de l’actualité écrit « Cagoule noire sur gilet jaune : décrypter les violences durant les manifs ». Pauline Delage quant à elle s’exprime sur un sujet cher à l’université, la lutte contre les violences sexistes.

Nous avons également en décembre eu le regret d’apprendre le décès de Jean-Maurice Verdier, ancien président de l’université. Il s'agit d'une nouvelle particulièrement triste pour notre université, dont il était une des figures fondatrices.




Mis à jour le 11 janvier 2019